• Chapitres pratiques et théologiques : 1313. La foi en Dieu engendre le désir du bien et la peur du châtiment ; le désir du mieux et la peur du châtiment rendent exacte la pratique des commandements ; la garde exacte des commandements nous convainc de notre propre faiblesse et la pensée de notre réelle faiblesse fait naître le souvenir de la mort. Celui à qui cette méditation est familière cherchera de toutes ses forces à savoir le sort qui l'attend après la sortie et l'éloignement de cette vie ; or celui qui s'applique à connaître les choses futures doit tout d'abord se détacher des choses présentes, car celui qui est retenu par l'attachement à l'une de celles-ci, si petite soit-elle, ne peut prétendre à la connaissance parfaite de celles-là ; mais si, par condescendance Dieu lui en donne quand même un avant-goût et qu'il ne renonce pas au plus tôt à ce par quoi et en quoi l'attachement le retient en se donnant tout entier à cette connaissance jusqu'à n'admettre volontairement aucune pensée étrangère à elle, eh bien ! même la science qu'il croit posséder lui sera enlevée.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  • Chapitres pratiques et théologiques : 1212. Ceux qui de quelque façon mettent leurs parents avant la loi de Dieu n'ont point la foi dans le Christ ; leur propre conscience les accuse certainement si du moins leur conscience survit à leur infidélité, car ce qui distingue les fidèles c'est de ne jamais transgresser en aucun cas la loi du Très-Haut et de notre Sauveur Jésus-Christ.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  • Chapitres pratiques et théologiques : 1111. La foi au Christ ne consiste pas seulement à mépriser toutes les jouissances de cette vie mais encore à supporter avec patience toute épreuve qui nous apporte le deuil, l'affliction ou le malheur, tant que le Seigneur voudra et jusqu'à ce qu'il vienne nous visiter : "j'ai patienté, j'ai attendu le Seigneur et il est venu a moi".

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  • Chapitres pratiques et théologiques : 1010. La foi c'est mourir à cause du Christ pour ses commandements ; c'est croire que cette mort est une source de vie ; c'est compter la pauvreté pour richesse, la bassesse et l'humiliation comme un réel honneur et un titre de gloire ; c'est être persuadé quand on ne possède rien que l'on a tout ; mieux, c'est posséder l'incompréhensible richesse de la connaissance du Christ et dédaigner comme boue ou fumée toutes choses visibles.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  • Chapitres pratiques et théologiques : 99. "Tout est possible à celui qui croit, car "la foi est comptée comme justice". Le Christ est en effet "la fin de la loi" et la foi en lui justifie et rend parfait le croyant ; aux œuvres de la loi équivaut la foi au Christ, laquelle, confirmée et prouvée par les préceptes évangéliques, mérite aux fidèles de participer à la vie éternelle qui est la vie en Jésus-Christ lui-même.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  • Chapitres pratiques et théologiques : 88. Celui qui est parvenu à ce point ne s'imagine pas avoir trouvé en lui-même le principe du désir et de l'amour de Dieu ; il s'estime comme n'aimant pas Dieu, puisqu'il n'a pu embrasser la plénitude de la charité ; il se juge donc le dernier parmi ceux qui aiment Dieu et se croit indigne du fond de l'âme même d'être sauvé avec les justes.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  • Chapitres pratiques et théologiques : 77. L'inhabitation de la divinité en trois personnes dans les parfaits, qui se produit d'une manière perceptible à la conscience, n'est pas la satisfaction du désir mais l'origine et la cause d'un désir plus vif et plus grand ; désormais cette présence ne laisse plus un instant de repos a celui qui en jouit ; elle le pousse, comme dévoré et consumé par le feu, vers la flamme d'un désir de plus en plus fort de la divinité. L'esprit humain ne peut trouver une limite dans l'objet poursuivi, ni le saisir entièrement ; il ne peut non plus fixer une limite à son désir ni à son amour mais, dans son effort pour atteindre et posséder cette fin sans limites, il nourrit en soi un désir toujours insatisfait et un amour inassouvi.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  •  Chapitres pratiques et théologiques : 65. La foi, la crainte de Dieu, l'observation de ses préceptes nous récompensent en proportion de notre degré de pureté ; dans la mesure où nous sommes purifiés nous nous élevons de la crainte à l'amour de Dieu et nous sommes comme transportés en progressant de la crainte vers l'amour ; c'est alors que nous entendons : "Celui qui garde mes commandements et les pratique, c'est celui-la qui m'aime". Ainsi ajoutons efforts sur efforts afin de prouver notre amour par les actes ; cela fait, le Christ de son côté, comme il l'a promis, nous aime ; son Père nous aime également ; l'Esprit naturellement le précède et vient préparer la demeure, de sorte que par l'inhabitation commune des trois personnes nous devenons la demeure du Père, du Fils et de l'Esprit

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  •  Chapitres pratiques et théologiques : 5

    5. Celui qui ne craint pas Dieu ne croit pas qu'il existe un Dieu, car il est insensé. Mais celui qui le croit craint Dieu et, craignant Dieu, il garde ses commandements ; celui qui déclare craindre Dieu, et ne garde pas ses commandements est un menteur et la crainte de Dieu n'est pas en lui car il est écrit : "La où est la crainte, là aussi la garde des commandements". Or, si la crainte de Dieu n'est pas en nous ni la garde des commandements, nous ne différons en rien des païens et des infidèle.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire
  •  Chapitres pratiques et théologiques : 44. Le Seigneur ne bénit pas ceux qui se contentent d'enseigner, mais plutôt ceux qui par la pratique antérieure des commandements ont mérité de voir et ont contemplé en eux-mêmes la lumière éclairante et étincelante de l'Esprit et qui, dans cette vision, dans cette connaissance et cet influx, ont connu par l'Esprit ce dont ils doivent parler et qu'ils doivent enseigner aux autres. Il faut donc tout d'abord, comme nous avons dit, que ceux qui se mêlent d'enseigner soient ainsi élevés pour que, en parlant de choses qu'ils ne connaissent pas, ils ne s'égarent pas et ne se perdent pas avec ceux qui se confient à eux.

    Syméon le nouveau Théologien

    Chapitres théologiques gnostiques et pratiques, S.C. 51, 1957 ;

    Première série : Chapitres pratiques et théologiques


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique